Accueil

Centre d'Urologie et d'Andrologie

de Paris

Mis à jour le 02/05/2016
Rechercher 
 Plan du site 
 Contact 
Accueil
Le plus grand centre privé de Paris
News
Chirurgie Robotique
Les Médecins
Sommaire
Les Urgences
Psa
Adénome de la prostate
Biopsies de la prostate
Cancer de la prostate
Andropause

Tumeur de vessie
Phimosis Paraphimosis
La circoncision
Traitement des calculs urinaires
Incontinence urinaire
Varicocèle
Lexique
Liens utiles
Informations légales
vidéo

Tumeur de vessie

>
 Définitions 
Définitions
 Zoom
Polypes de vessie

La vessie, de même que les uretères et les cavités des reins sont recouverts par un tissu applelé muqueuse ou urothélium. Les tumeurs de cette muqueuse sont ainsi dénommées tumeurs urothéliales.
On parle également de polypes qui peuvent être bénins, malins ou parfois intermédiaires.
Ces polypes ont en quelque sorte des racines qui infiltrent la paroi de la vessie. De la profondeur de cette infiltration dépendent le caractère agressif, le pronostic de la tumeur ainsi que son traitement.


>
 Circonstances de découverte 
1. Hématurie (présence de sang dans les urines)

C'est le signe le plus fréquent. Il est le plus souvent isolé parfaitement indolore. Rarement, la présence de caillots peut entraîner une difficulté à uriner voir même un blocage complet.
L'hématurie, lorsqu'elle est visible, est dite macroscopique. Classiquement, elle est terminale, c'est à dire qu'elle survient en fin de miction.
Il s'agit parfois d'une hématurie dite microscopique, non visible à l'oeil nu, détectée uniquement par un examen biologique ou par des bandelettes lors d'un examen de médecine du travail.

L'importance et l'ancienneté des saignements ne préjugent en rien la gravité de la lésion responsable. En effet, un petit polype tout à fait bénin peut être responsable d'un saignement abondant et ancien.

2. Troubles mictionnels

Les polypes de vessie sont parfois responsables d'envies fréquentes d'uriner, de brulûres mictionnelles, d'envies impérieuses.

Remarque importante: toute présence de sang dans les urines doit être prise au sérieux et entraîner une consultation chez un Urologue.

>
 Examens complémentaires 
Toute hématurie doit faire pratiquer un bilan complet.

1. Examen cytobactériologique des urines (ECBU)

Il confirme en général la présence de sang mais permet également de dépister une infection urinaire associée.

2. Frottis urinaires (Cytologie)

Il permet de dépister des anomalies sur les cellules d'origine vésicale émises dans les urines.

3. Echographie vésicale

C'est un examen capital. La vessie est facilement analysée par cet examen qui révèle le plus souvent l'existence des polypes.

4. Fibroscopie vésicale ou cystoscopie

Cet examen permet l'examen de l'urètre et de l'intérieur de la vessie avec un système optique. Il est quasiment indolore et ne nécessite qu'une anesthésie locale et aucune hospitaisation. La fibroscopie permet de confirmer l'existence d'un polype vésical.

5. Urographie intra veineuse (UIV)

Cet examen radiographique permet l'étude de tout l'appareil urinaire, depuis les reins jusqu'à l'urètre. Il recherche l'existence d'éventuelle tumeur associée.

>
 Le diagnostic 
Le diagnostic
 Zoom
Stade de la lésion


Le diagnostic est permis par la résection trans-urétrale de la vessie (RTUV). C'est l'intervention chirugicale qui permet d'une part de réaliser l'ablation du polype et d'autre part d'en précisier le type exact (examen anatomo-pathologique).
Elle est menée par les voies naturelles (voie endoscopique) sous anesthésie générale ou le plus souvent loco-régionale (rachi-anesthésie) lors d'une courte hospitalisation (2 à 4 jours).

Les éléments retirés de la vessie sont donc analysés au microscope par un médecin anatomo-pathologiste.
L'analyse porte à la fois sur la nature même du polype (grade) mais également sur la profondeur de son enracinement dans la paroi de la vessie (stade).

>
 Stadification 
Du stade de la maladie va dépendre le traitement.
On distingue d'emblée les tumeurs dites superficielles des tumeurs infiltrantes ou profondes et les tumeurs de bas grade (bien différenciée) des tumeurs de grade élevé (indifférenciée).

Les tumeurs superficielles:

Ces lésions sont dites superficielles car leurs racines ne s'implantent pas dans la profondeur de la paroi vésicale. Elles n'atteignent que la couche superficielle appelée muqueuse.
En anatomopathologie, elle sont classées ''pTa'' (stade) et leur grade est généralement bas (G1 ou G2).

A un stade plus avancé, les lésions atteignent la couche intermédiaire appelée chorion ou sous muqueuse. Ces tumeurs, bien que dites superficielles, ont un potentiel d'agressivité important.
Leur classification anatomopathologique est pT1. Leur grade est souvent élevé (G3).

Les tumeurs infiltrantes:

Leurs racines atteignent la 3è couche de la paroi vésicale dite musculeuse. Il s'agit là de véritables cancer.
La classification est pT2 et le grade presque toujours élevé (G3).

Le Carcinome In Situ (CIS):

Il s'agit d'une tumeur plane, sans relief, developpée dans la muqueuse. Elle est parfois associée à des polypes.

>
 Bilan d'extension 
Après avoir déterminé le stade local de la lésion par la résection endoscopique, il convient de rechercher des signes extra-vésicaux de la maladie.
Cela ne concerne que les lésions infiltrantes (pT2) et les stades intermédiaires (pT1).

Scanner abdomino-pelvien et thoracique:

Cet examen permet d'apprécier une éventuelle extension de la tumeur aux organes de voisinage de la vessie et de rechercher des ganglions satellites (pelvien et/ou lombo-aortiques). Il permet également une analyse plus précise des poumons que la radiographie standard.

La Scintigraphie osseuse:

Les tumeurs de la vessie ont une affinité pour le squelette et la scintigraphie permet la détection précoce de lésions osseuses suspectes.

>
 Traitement 
Les tumeurs superficielles sont souvent contrôlées par la simple intervention de résection mais l'expérience montre qu'elles ont malgré tout une fâcheuse tendance à la récidive.
Une surveillance régulière est fortement conseillée même en l'absence de toute manifestation.
En cas de récidives fréquentes et/ou en cas de lésions multiples, un traitement complémentaire est recommandé.
Il s'agit d'instillations endovésicales de BCG ou de Mitomycine.



Accueil | Le plus grand centre privé de Paris | News | Chirurgie Robotique | Les Médecins | Sommaire | Les Urgences | Psa | Adénome de la prostate | Biopsies de la prostate | Cancer de la prostate | Andropause | Tumeur de vessie | Phimosis Paraphimosis | La circoncision | Traitement des calculs urinaires | Incontinence urinaire | Varicocèle | Lexique | Liens utiles | Informations légales | vidéo Plan du site | Contactez-nous
Mentions légales

©  Centre d'Urologie et d'Andrologie de Paris & Sitodi   , reproduction interdite sans autorisation.
 Création site internet facile